Actualités éclairage

La fin des ampoules 100 W

Depuis le 30 juin 2009, les ampoules à incandescence de 100 W sont retirées de (...) Lire la suite

Les puits de lumière source de lumière gratuite

Ces tubes, de 35 à 60 centimètres de diamètre, permettent d'amener la lumière du soleil (...) Lire la suite

Les ampoules basse consommation

57,8% des Français en avaient en leur possession en 2005, selon l'Ademe, contre 44,7% en (...) Lire la suite

Voir toutes les actualités




Tube fluorescent  Envoyer

Le tube fluorescent plus connu sous le nom de tube néon est une invention datant du XIXe siècle qui a sans cesse était améliorée.

L’invention du principe du tube fluorescent date de la seconde moitié du XIXe siècle. Les premiers essais ont été fait en laboratoire par Becquerel à l’aide d’un tube à décharge dont l’intérieur était qui recouvert avec des poudres fluorescentes. L’idée fut ensuite reprise et améliorée en 1895 par Thomas Edison. Il mis au point une lampe fluorescente à partir d’un tube à rayon X dont la surface interne de l’ampoule était enduite de tungstate de calcium. Ce mélange produisait une lumière bleutée largement supérieure à celle des lampes à filament de carbone de l’époque et durait notoirement plus longtemps mais un décès lors des essais cantonna le procédé à un simple test de laboratoire. Face au danger, les recherches repartirent sur les bases antérieures inventées par Becquerel. Au début du XXe siècle, c’est Georges Claude qui fut le premier à poser les bases du tube au néon. Le seul véritable inconvénient des premiers essais était que la lumière produite était rose ou jaune ! Dans la foulée, on s’aperçut que l’emploi simultané de tubes à vapeur de mercure, émettant une lumière bleue (inventé par Cooper-Hewitt en 1901) et des tubes néon permettait d’obtenir une lumière blanche... trop faible pour être commercialisable ! C’est finalement en 1927 que la solution fut trouvée suite aux travaux de Ruttenauer et Pirani (Osram) sur le développement d’électrodes en oxydes d’alcalins. Cette découverte permit dans les années 1930 de donner naissance à des tubes à vapeur de mercure sous basse pression qui permettaient grâce à un revêtement fluorescent de générer une lumière blanche de bonne puissance. En 1973, Philips mis au point une nouvelle génération de tubes en procédant à un mélange ternaire de silicates et d’aluminates. Le résultat de cette dernière évolution permit de dépasser les 80 lm/W avec une qualité de lumière bien meilleure. Cette nouvelle technologie permit aux ingénieurs de réduire le diamètre des tubes de façon importante. Ceci donna naissance dans les années 80 aux premières lampes fluo-compactes que nous connaissons aujourd’hui puisqu’il était désormais possible de plier le tube pour fabriquer des lampes de taille restreinte.

Comment ça marche ?

Les tubes fluorescents sont constitués d’un tube de verre dont la paroi interne est recouverte d’une mince couche de substance photoluminescente sous forme de poudre. Quand on l’allume, une décharge électrique se créée dans la vapeur de mercure à basse pression. Cela produit un rayonnement ultraviolet qui est transformé en lumière visible par la couche de poudre. Cette technologie permet de réaliser de sérieuses économies d’éclairage puisque le système consomme 4 à 5 fois moins qu’une ampoule à incandescence classique. Les puissances les plus fréquentes se situent entre 8 et 58 watts.

Les avantages du tube fluorescent

Le principal avantage du tube fluorescent réside dans sa consommation largement inférieure pour une luminosité identique. La durée de vie d’un tube néon est également largement supérieure à celle d’une ampoule à incandescence. La forme la plus fréquente des tubes fluorescents est évidemment le tube, mais il se décline aussi aujourd’hui en forme de "U " ou, bien circulaires. Les tubes ont généralement un diamètre de 26, 32 ou 38 mm . La longueur du tube conditionne la puissance de la lampe ( 29 cm 8W - 44cm 15W - 59 cm 18W - 120 cm 36W - 150 cm 58W).

Les inconvénients du tube fluorescent

Pour fonctionner, une lampe fluorescente a besoin d’une armature spécifique munie d’un starter et d’un ballast (ou dispositif de pré-allumage). Les armatures prévues pour deux tubes comportent deux starters et un double ballast. Les tubes fluorescents sont encombrants et restituent une lumière diffuse. La durée de vie dépend entièrement du nombre d’allumage. Ces lampes sont donc plus particulièrement utilisées pour des locaux où la lumière doit restée allumée longtemps (bureau, garage...). Pour s’affranchir de ces inconvénients, le mieux est de recourir à une lampe fluo-compacte qui a tous les avantages de consommation et de longévité d’un tube fluorescent.