Fenêtre extérieure bois



Fenêtre extérieure bois  Envoyer

Le bois reste une valeur sûre dans le secteur des fenêtres extérieures. Chaleureux et authentique d’aspect, il est aussi particulièrement isolant par nature. Son seul vrai défaut reste un minimum d’entretien…

Si le PVC gagne de plus en plus de terrain principalement en raison de son entretien 0, le bois lui reste une valeur sûre pour la construction et la rénovation de maisons. Il se décline dans toutes les formes et sur tous les styles en fonction de ses goûts et offre un niveau de performance identique voire supérieur sur certains plans au PVC.

Les atouts du bois

Le principal atout du bois tient à son esthétique authentique et naturelle. Le matériau bois s’adapte en effet à tous les styles d’architectures des plus traditionnels au plus modernes. L’autre grand avantage du bois est d’être parmi les meilleurs isolants naturellement. Le bois est en effet un excellent isolant thermique mais aussi phonique. Le coefficient de conductivité thermique est de l’ordre de 0.18 W/m² soit largement plus performant que le PVC (2.5 W/m² °C), de plus et contrairement aux métalliques, le bois n’exige pas de rupture de pont thermique. Associée à des vitrages performants, la fenêtre bois est à coup sûr un bon choix. En terme d’isolation phonique, le bois emporte aussi l’avantage sur le PVC et l’aluminium avec une filtration des bruits autour des 40 dB. Dernier atout et non des moindres, les menuiseries bois peuvent être personnalisées à l’envie : de l’aspect bois simple à l’aspect satiné, laqué, patiné... Les lasures et les huiles de protection repoussent les limites de l’imagination et de la créativité.

Les inconvénients du bois

Le seul véritable inconvénient du bois est qu’il doit être entretenu régulièrement pour garder toute sa beauté et ses performances. Certaines essences sont plus résistantes que d’autres aux attaques des intempéries mais en règle générale, les finis translucides ou semi-transparents doivent être refaits tous les trois ans en moyenne tandis que les finis opaques (peintures ou teintures) peuvent résister environ dix ans.

Quelle essence choisir ?

Toutes les essences proposent peu ou prou les mêmes caractéristiques en terme d’isolation. A l’heure du choix, ce sera donc sur d’autres critères qu’il faudra tabler et notamment la résistance à la pourriture et aux intempéries mais aussi le budget. Les prix les plus abordables sont apportés par les fenêtres en résineux (pin, douglas ou mélèze). Elles sont certes moins résistantes que celles fabriquées à partir d’essence plus noble mais si l’entretien est régulier et adapté, la longévité ne sera pas un vrai soucis. Plus haut de gamme, les fenêtres sont réalisées dans des bois nobles comme le chêne ou mieux encore le cèdre. Ces deux essences sont particulièrement résistantes et demandent donc moins d’entretien que celles en résineux. Un cran au dessus, les fenêtres en bois tropicaux proposent un rapport qualité/prix assez intéressant puisqu’elles sont naturellement très résistantes à l’humidité et au soleil. Dans les essences tropicales ont peu noter principalement le moabi, le movingui... Avant de craquer pour ces bois venus du bout du monde, il convient de s’assurer qu’ils ont été récoltés dans les règles de l’art en concordance avec les stocks des forêts protégées.

Les labels pour faire le bon choix

La performance et la qualité d’une fenêtre extérieure en bois sont mesurées régulièrement et font l’objet de l’attribution d’attestations ou de labels. Deux principaux labels existent pour les fenêtres en bois octroyés respectivement par Acotherm et et le Centre Technique du Bois CTB-Fenêtres. Ces deux labels s’appuient sur le classement A.E.V. (air eau vent) des fenêtres. Ce classement s’articule autour d’indices croissants avec les performances :

• A : indice de perméabilité à l’air (Al, A2, A3),

• E : indice d’étanchéité à l’eau (El, E2, E3, Ee*),

• V : indice de résistance au vent (VI, V2, V3, Ve*).

*(e = exceptionnel)

Les autres indices

Deux types de régions ont été définis pour affiner les indices de performance des fenêtres. La région B comprend la vallée du Rhône, le littoral de l’Aude et des Pyrénées-Orientales, et tout lieu au-dessus de 1 000 m d’altitude. La région A concerne tout le reste de la France. Cette distinction en terme de régions répond à des impératifs de prise en compte des vents dominants. Généralement une documentation fabricant comprend également l’indication d’indices d’isolation acoustique avec une différenciation entre les fenêtres de base et les fenêtres dites à isolation acoustique améliorée (de 30 dB(A) à 45 dB(A)). Des indications de performances thermiques sont également portées à la connaissance des acheteurs. Elles s’échelonnent sur des grilles de coefficient de transmission surfacique (K), qui doit être le plus bas possible.

Dans tous les cas, l’isolation acoustique et thermique des fenêtres est directement liée à la qualité du vitrage. Ainsi, l’isolation thermique dépend de l’épaisseur de la lame d’air entre les deux lames de verre du double vitrage. Plus cette épaisseur est importante, plus le vitrage est isolant. L’épaisseur du vitrage lui définit le degré d’isolation acoustique. Choisissez de préférence un rapport verre / air important pour obtenir une bonne isolation globale.

De toutes les formes et toutes les tailles

Les fenêtres bois se déclinent dans un grand nombre de modèles qui s’insèrent soit dans le type de fenêtres de constructions neuves ou dans le cadre de la rénovation. Les tailles varient du tout ou tout entre les petits fenêtres d’impost à placer sur une porte par exemple en passant par les fenêtres de toit, les fenêtres de tailles standards à simple vantail ou à multiples vantaux pour finir sur les baies vitrées de grandes largeurs.