Enduit Terre (Peinture et enduits)



Enduit Terre (Peinture et enduits)  Envoyer

L’enduit à base de terre est réalisé en finition pour obtenir un effet naturel. Il a pour principal qualité de protéger le mur enduit mais aussi de l’isoler de l’extérieur et d’obtenir une façade finie particulièrement décorative.

L’enduit à base de terre crue est connu depuis des millénaires pour ses qualités isolantes et respirantes. Traditionnellement, la terre est utilisée pour couvrir et protéger les maçonneries en terre ou en pierre. L’enduit de terre est fréquemment armé de fibres végétales (blé, orge, chanvre, lin). L’enduit de terre peut être utilisé aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Il existe deux types d’enduit de terre : le premier est fabriqué en usine pour un usage monocouche principalement en intérieur. Le deuxième est fabriqué sur chantier à partir de terre et de sable pour un usage multicouche.

Les préparations industrielles

Les préparations industrielles présentes sur le marché pour une utilisation monocouche sont surtout destinées à la réalisation d’enduits intérieurs de décoration. Elles sont composées d’argiles, de sables et de fibres végétales. Leur application permet principalement de réguler la vapeur d’eau (régulation de l’hygrométrie de l’air et la température). Les supports (brique en terre cuite, pierre, béton cellulaire, etc.…) doivent être propres et suffisamment rugueux pour favoriser l’accroche mécanique de l’enduit. Quand le support est trop absorbant, un dépoussièrage et une humidification préalable sont nécessaires pour éviter le séchage trop rapide. La préparation est prête à l’emploi. Il suffit de mélanger 5 à 7 litres d’eau pour un sac de mortier de terre. Le malaxage se fait à la bétonnière ou à la main pour de petites quantités. La pose se fait en une ou plusieurs couches, à la truelle, à la taloche ou à la machine à projeter. L’enduit peut être lissé ou taloché. Il sèche après 3 à 10 jours. Pour environ 2 m² , en 8 à 10 mm d’épaisseur il faut compter un sac de 25 kg (soit environ 20 litres de mortier). Ces enduits peuvent être colorés selon les envies avec des pigments naturels. Des effets matière peuvent également être créés en ajoutant au mélange de la paille, du nacre, des sables colorés

Les préparations traditionnelles

Les préparations traditionnelles doivent être réalisées 24 heures à l’avance. Elles se composent de terre plus ou moins argileuse et de sable. La terre peut être celle du jardin récoltée à plus de 20 cm de profondeur pour éviter les racines ou encore de l’argile. Un pourcentage élevé en argile est nécessaire, qui lui offre une bonne cohésion. Elle est mélangée avec de l’eau pour réaliser une barbotine. Elle doit être soigneusement tamisée pour être aussi lisse que possible. La barbotine doit être liquide pour la sous-couche. Du sable est ajouté pour rendre le mélange plus consistant. Si la terre est très argileuse, le mélange peut être : 2,5 de barbotine et 3 de sable. Avant de se lancer dans l’enduit d’un mur entier, il est recommandé de procéder à plusieurs échantillons, de laisser sécher et de vérifier que le mélange ne présente pas de fissures. Si des fissures apparaissent, le dosage en sable devra être augmenté. Avant de commencer l’opération de revêtement, les murs doivent être humidifiés pour ne pas absorber l’eau contenue dans l’enduit. Le choix d’argiles de différentes couleurs et de plusieurs sables déterminent la couleur de l’enduit. L’enduit est projeté sur le support sous forme de boules côte à côte. Celles-ci sont étendues à la main et à la truelle. Les mouvements doivent être réguliers (horizontaux et verticaux). L’enduit est appliqué en deux couches successives : la première est d’environ 2 cm d’épaisseur au minimum. Elle doit garder une surface rugueuse pour garder de l’accroche mécanique ; la seconde est d’environ 1 cm . Elle peut être lissée pour obtenir un rendu homogène. Les mêmes ingrédients sont utilisés pour les deux couches. La seconde couche plus fine devra être réalisée toutefois après un tamisage plus fin de la terre. Des pigments naturels (ocre principalement) peuvent être ajoutés à la seconde couche pour des effets plus chaleureux. Des effets matière peuvent également être créés en ajoutant au mélange de la paille, du nacre, des sables colorés

Au séchage de l’enduit en terre provoque des faïençages dû au retrait. Pour minimiser ces effets, une boue liquide doit être appliquée à l’aide d’un chiffon pendant 2 à 3 jours.

Le principal inconvénient de l’enduit en terre est qu’il nécessite un entretien annuel quand il réalisé à l’extérieur puisqu’il est sujet à des effets de farinage, d’usure mécanique par l’eau, de décollements. Pour plus de longévité, il est recommandé d’appliquer un badigeon de chaux afin d’apporter une couche protection de la surface.